Vous êtes ici

I comme Internement

Vendredi, 10 Juin, 2016
 
Le camp d’Internement d’Agde
 
Les camps d'internement français sont des centres de rétention administrative ou des camps de réfugiés ou de prisonniers de guerre, créés en France pendant la période s'étalant de la Première Guerre mondiale à la guerre d'Algérie.
Lorsque le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre contre l’Allemagne, le département de l’Hérault, lui, est déjà sensibilisé fortement à la guerre d’Espagne par l’accueil dès janvier 1939 de milliers de réfugiés regroupés dans des conditions précaires au camp d’Agde. Ce camp se trouvait à la sortie de la ville, sur la gauche de la route de Sète, dans un site occupé aujourd'hui par le collège René-Cassin. Constitué de baraques légères, il était prévu pour 20 000 personnes, mais en reçut plus de 24 000 dans des conditions précaires, en particulier sur le plan sanitaire. À partir du mois de septembre, après le départ des Espagnols, il reçoit des volontaires et des mobilisés tchécoslovaques qui participent aux combats contre l'armée allemande en juin 1940 avant d'être démobilisés. Il devient ensuite un centre de recrutement de l'armée belge, mais après la capitulation de leur pays, les jeunes recrues présentes seront internées jusqu'à la fin août. Fin 1940, le régime de Vichy le transforme en Centre de rassemblement des étrangers. Environ 6 000 étrangers, de trente nationalités, y sont internés, dont un millier de juifs étrangers raflés dans l'Hérault en juillet 1942. Le camp fut démantelé à l'automne 1943 et détruit en août 1944 après le départ de l'armée allemande.  (source : wikipedia)
 
Plan des camps d’Agde
Archives départementales Hérault - 426W14
 
Photographie noir et blanc – Médecin-chef dans une salle d’examen du camp
Archives départementales Hérault - 15W129
 
Archives départementales Hérault - 12W124
 
 
Pour répondre aux nombreuses demandes ainsi qu’aux attentes d’un public aux motivations variées, les archives de l’Hérault ont établi un guide d’aide à la recherche. Il s’agit du meilleur point de départ de toute recherche mais il ne faut en aucun cas les considérer comme exhaustif ; il ne dispense pas d’une consultation approfondie des inventaires ni de l’exploration d’autres pistes non signalées dedans.
A citer également, un article disponible sur le Net :