Vous êtes ici

J comme Jouets

Vendredi, 10 Juin, 2016
 
Être un enfant dans une famille bourgeoise du XIXe siècle n’est pas une sinécure : il faut étudier, apprendre les règles de vie et les bons usages de la société pour être en mesure de graviter dans les plus hautes sphères. Mais il reste quelques temps dévolu aux jeux et aux autres frivolités !! L’industrie du jouet se développe au XIXe siècle, mais seuls les enfants des classes supérieures ont encore accès à ces plaisirs. Les grands magasins, comme Le Bon Marché, ou les Galeries Lafayette de Montpellier jouent un rôle important dans la diffusion des jouets désormais manufacturés et plus accessibles.
Diverses manifestations autour des nouveaux produits entretiennent le désir : avant la Première Guerre mondiale, elles ont lieu au printemps, à l’automne et à Noël, où de superbes rayons présentent de coûteuses poupées, des jouets mécaniques et des véhicules à roulettes. Pour l’occasion, des orchestres sont engagés et les rayons s’ornent de somptueux décors. À partir des années 1920, le rayon jouets devient permanent dans la plupart des magasins, mais les fêtes de Noël restent le prétexte d’animations spéciales, parades, reconstitutions de villages ou de grottes, feux de joie, Père Noël chargé d’accueillir les enfants puis de se faire photographier avec eux, décors animés dans les vitrines. D’immenses sapins décorés ont très tôt constitué une des grandes attractions des magasins disposant d’un atrium comme les Galeries Lafayette. Pour attirer les foules dont ils ont besoin mais aussi gagner leurs cœurs, la publicité, dédaignée par le monde des petits commerçants, va devenir une des préoccupations majeures des grands magasins.
 
Voiture à pédales pour enfant conduite par un singe en peluche, n° 502, Berliet, 1926
Archives départementales de l’Hérault. 34FI42
 
Publicités des grands magasins
Archives départementales de l’Hérault. 30PAR877/58
 
Photographies d'enfants, archives familiales collectées par l’ODAC
Archives départementales de l’Hérault. 1780W62/37/2275