Vous êtes ici

Philomen Mioch ou les tribulations d'un ouvrier agricole de Florensac

Mercredi, 17 Avril, 2019

 

Le fonds récemment classé de Philomen Mioch (1903-1990), ouvrier agricole originaire de Florensac, militant syndicaliste (CGT), cadre du parti communiste et combattant dans la Résistance se révèle particulièrement intéressant pour l’histoire politique et sociale de l’Hérault, voire plus largement du Languedoc.

Philomen Mioch a rédigé sa biographie dans un ouvrage paru en 1984, Tribulations d’un ouvrier agricole, dont le fonds contient la version manuscrite. Les archives qu'il nous a laissées reflètent la force de son engagement politique, imprégné de la lecture et de l'enseignement des théoriciens communistes (le fonds d'archives contient aussi sa bibliothèque). Il occupa diverses responsabilités politques, y compris au plus haut niveau (secrétaire régional du parti communiste, membre de la CGT et actif auprès de la Confédération générale agricole).

Philomen Mioch fut aussi un Résistant. Sa correspondance témoigne de son incarcération, après son arrestation. Evadé en 1943, il parvint à rejoindre le maquis Gabriel Péri, en Auvergne, où il participa aux combats de la libération de Thiers. Après la guerre, Philomen Mioch a continué à défendre les intérêts du monde agricole et à intervenir en faveur des démunis et de ce qu'on appelait les « vieux ».

Le fonds Philomen Mioch renseigne aussi sur le parcours de son frère, François Mioch (1898-1945), homme politique et journaliste. Membre fondateur du journal  LeTravailleur du Languedoc et rédacteur en chef en 1936 du journal  La Terre, journal communiste des paysans, secrétaire de la Confédération générale des Paysans travailleurs (CGPT), François Mioch a travaillé à des réformes sociales intéressant la paysannerie et les petits viticulteurs. Il fut arrêté deux fois pendant la guerre pour faits de résistance et mourut en déportation.

                    Consulter l'inventaire du 222 J Fonds Philomen Mioch