Vous êtes ici

La rage de vaincre de Jharay Russell, 3e ligne

Au-dessus de la mêlée

Finale du Championnat de France Honneur 1956

Pézenas / Verdun

à Chalon-sur-Saône

le 27 mai 1956
17-0 sur un but sur coup franc d'André Jean ; un essai de Singla ; deux essais de Girart ; un essai de Neblezat, et une transformation de Tisseyre.

Cette rencontre marque la première victoire du stade piscénois en championnat de France, après une demi-finale en 3e série perdue en 1924.
Dès le coup d'envoi, l'équipe héraultaise est déclarée favorite pourtant la première mi-temps est assez égale même si Pézenas ouvre le score à la 15e minute.
A la reprise, la suprématie piscénoise s'exprime enfin librement d'autant que le stade verdunois vient de perdre un joueur blessé à la jambe. L'équipe prend alors l'avantage en imposant sa technique et son métier face à un adversaire débordant d'activité mais qui manque de structure.
A leur retour au village, les joueurs sont ovationnés et l'on raconte même que, le curé ayant sonné deux fois les cloches de l'église pour fêter cette victoire, reçut un appel du curé voisin, intrigué par ces deux sons de cloche. 

 

Finale du Championnat de France Honneur 1973

Vendres / Puteaux

à Vichy devant une assistance modeste composée en majorité de supporters des deux clubs

le 13 mai 1973
17-0 sur trois essais de Azaïs (65e) et de Molinier (72e, 75e) ; une transformation et un but de Pesteil (9e).

La victoire de Vendres en 1973 en championnat Honneur s'inscrit dans un large palmarès tant au niveau régional que national.
Sur la pelouse de Vichy, par un temps ensoleillé et chaud, les Languedociens se sont imposés par un score implacable face à une équipe parisienne au pack plus puissant mais moins habile. Malgré quelques maladresses inhabituelles, Vendres a dominé le jeu grâce à un ensemble beaucoup plus mobile et une cohésion plus grande en lignes arrière.
La deuxième mi-temps s'engage sur le score de 3-0 pour Vendres qui joue désormais avec le soleil dans les yeux. Pourtant, la nette supériorité de l'équipe héraultaise ne se fait pas attendre et les joueurs multiplient les offensives. L'effort sera payant et la victoire sans appel. Dès le coup de sifflet final, une foule de supporters envahit le terrain pour féliciter les joueurs. Seul regret : Vendres qui avait gagné la montée en 3e Division, doit y renoncer par manque de moyens financiers.

« Une fois de plus, notre excellente condition physique nous a assuré notre succès en deuxième mi-temps, mais nous aurions obtenu un succès plus large si nous n'avions pas raté par maladresse de main deux essais avant le repos. Ce titre de champion de France, nous le dédions à notre capitaine-entraîneur, le seconde ligne Andreu auquel notre équipe doit tout ». ' M. Fouilhé, dirigeant du club dans Le Midi Libre, 14 mai 1973.

 

Finale du Championnat de France 1974

Béziers / Narbonne 

au Parc des Princes à Paris devant 45 000 spectateurs

le 12 mai 1974
16-14 sur trois drops de Astre (2e, 38e) et de Cabrol (80e) ; un essai de Navarro (25e) ; un but de pénalité de Cabrol (71e).

1ère finale jouée au Parc des Princes et quelle finale ! 100 % languedocienne, les deux équipes rivales s'affrontant enfin pour le Bouclier de Brennus, récompense suprême du meilleur club de rugby français.
Certains journaux de l'époque titrent « Le Languedoc a pris Paris' » ou « Paris, capitale languedocienne », tant l'affluence des supporters est importante d'un côté comme de l'autre. Il s'agit pour l'ASB du 4e titre en championnat de France alors que Narbonne attend de retrouver une place en finale depuis 40 ans.
Les joueurs montrent leur maîtrise, l'ampleur de leur registre, et leur aptitude à changer de rythme et de style alors que Narbonne fait preuve d'une étrange fragilité et d'une certaine monotonie. Si les Spanghero jouent comme des héros, Astre et ses camarades jouent comme des sages. Face à la domination des Narbonnais en touche, Béziers réplique en prenant l'avantage dans les mêlées ouvertes.
Après un match très serré, la victoire audoise est quasiment acquise. Il ne reste que cinq minutes à jouer mais c'est sans compter Cabrol qui n'a pas dit son dernier mot, et quel dernier mot ! Le ballon ayant été récupéré en touche, Astre l'adresse à Cabrol qui réalise le drop de la victoire : 16-14, le coup de sifflet final vient de tomber ! Béziers a su imposer la supériorité du tandem Astre-Cabrol sur celui de Sutra-Maso.

 

Finale du Championnat de France 1978

Béziers / Montferrand

au Parc des Princes à Paris devant 42 000 spectateurs

le 28 mai 1978
31-9 sur un essai de pénalisation (37e) ; quatre essais de Fabre (39e), Séguier (72e), Paco (75e) et Martin (80e) ; un but de pénalité de Cabrol (46e) ; quatre transformations de Cabrol (37e, 75e) et Cantoni (72e, 80e).

7e titre de champion de France alors qu'on les disait en perte de vitesse : les joueurs biterrois ont disputé ce jour-là une de leurs plus grandes et belles finales.
Le match se déroule sur un rythme soutenu car les Montferrandais s'y engouffrent à fond pour déborder leurs adversaires, en moyenne plus âgés. Ils contournent l'obstacle avec imagination, au lieu de défier Béziers de face, et misent tout sur un jeu déployé.
Mais c'est sans compter la remarquable lucidité et diversité tactique et technique du pack biterrois qui, grâce à son esprit de concertation, man'uvre pour diminuer la cadence du jeu et l'amener à son niveau, protégeant son potentiel physique. On connaissait déjà le remarquable travail effectué par les avants biterrois, mais cette finale permit de découvrir toute la valeur des trois-quarts languedociens.
En quelques minutes la finale bascule au profit de Béziers. A la mi-temps, l'ASB mène 10-0, et une fois le score de 19-9 atteint, l'AS Montferrand ne marque plus.

 

Finale du Championnat de France Pro D2 2003

Montpellier / Tarbes

à Montauban devant 9500 spectateurs

le 2 juin 2003
25-21 sur trois essais de Saladié (3e), de pénalisation (68e) et Navizet (102e) ; deux transformations de Jouve (68e) et Valls (102e) ; deux pénalités de Valls (12e, 51e).

Après une saison exemplaire, le MRC écrit l'une des plus belles pages de son palmarès en étant sacré Champion de France de Pro D2. Il accède ainsi au Top 16.
Les Héraultais se montrent d'entrée les plus dangereux grâce à leurs trois-quarts : sur une relance de Buada relayée par Valls, Arlettaz perce la défense de Tarbes, avant de fixer le dernier défenseur et de servir Saladié qui file à l'essai en coin. Jeremy Valls rajoute trois points sur pénalité mais le buteur tarbais, Burton, lui répond immédiatement en passant deux pénalités puis un drop juste avant la pause. Pour la première fois du match, Tarbes prend le commandement au score avec un petit point d'écart.
Le suspense est à son comble d'autant qu'aucune formation ne montre le moindre signe de faiblesse. Montpellier se voit accorder un essai de pénalité sur une faute du demi de mêlée tarbais, Huebert. On pensait que les Bleus et Blancs avaient fait le plus dur mais Tarbes s'accroche et revient au score grâce à une pénalité de son buteur, qui envoie les deux équipes en prolongation.
Après une première période vierge de toute action, l'impeccable buteur tarbais Burton rajoute un drop chanceux, après que le ballon heurte la barre transversale. Nullement découragé, Montpellier trouve finalement l'énergie pour ramener le jeu dans le camp adverse, et après une percussion des avants, c'est l'ailier Navizet qui inscrit en force l'essai du titre.

 

Et aussi

  • Finale du Championnat de France 5e série 1932
    US Nissanaise / Sporting Club Tarbais
    Score : 9-6 après 3 matches avec prolongations, le dernier a pu enfin départager les deux équipes
  • Finale du Championnat de France 1961
    AS Béziers / Dax
    Score : 6-3 à Lyon
  • Finale du Championnat de France 1971
    AS Béziers / Toulon
    Score : 15-9 à Bordeaux
  • Finale du Championnat Yves du Manoir 1972
    AS Béziers / Montferrand
    Score : 37-6 à Colombes
  • Finale du Championnat de France 4e série 1974
    Montpellier Université Club / Crest
    Score : 8-3
  • Finale du Championnat de France 1983
    AS Béziers / Nice
    Score : 14-6 au Parc des Princes
  • Finale du Championnat de France 2e série 1985
    Saint Chinian / Lit et Mixe
    Score : 12-3 à Tournon d'Agenais
  • Finale du Championnat de France en Nationale B2 en 1986
    Remportée par le Montpellier Rugby Club contre Thuir
  • Finale du Championnat d'Europe Parker Pen Shield 2004
    Montpellier Hérault Rugby Club / Viadana
    Score : 25-19 à Parme
  • Finale du Championnat de France 2e série 2004
    Entente Portiragnes-Cers / Asasp-Arros 

 

 

 

 

16 mai 1971 - Finale du championnat de France de rugby, l'Association sportive biterroise (ASB) contre le RC Toulon.

Et encore . . .

 

Et encore . . .

Côté supporters

Le MRC, champion de France Pro D2

 

Le MRC, champion de France Pro D2 / Tarbes, le 1er juin 2003

Olivier Saïsset, l'instituteur du ballon ovale, donne une leçon pour la fête des mères

L'ASB champion de France

 

AS Montferrand au parc des Princes, le 28 mai 1978

L'équipe du SO Vendres, championne de France Honneur en 1973

Le SO Vendres champion de France Honneur

 

Le SO Vendres champion de France Honneur / Puteaux, à Vichy, le 13 mai 1973

L'équipe du Stade Piscénois, victorieuse du championnat de France Division Honneur en 1956

Le Stade piscénois

 

Le Stade piscénois, vainqueur du championnat de France division d'honneur / Verdun , à Chalon-sur-Saône, le 27 mai 1956