Partie I : Qui est de Gaulle ?

 

Charles de Gaulle est né le 22 novembre 1890 à Lille dans une famille catholique marquée par l'histoire nationale. Jeune officier pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé et prisonnier en Allemagne de 1916 à 1918. Durant l'entre-deux guerres, il publie de nombreux articles sur la stratégie militaire et s'oppose aux thèses traditionnelles développées par l'Etat-major de l'armée française. Il combat de façon déterminée en mai 1940 à la tête de la 4e division cuirassée. Le 6 juin 1940, il est nommé par Paul Reynaud sous-secrétaire d'Etat à la guerre. Le 17 juin le maréchal Pétain, qui a remplacé Paul Reynaud comme président du Conseil, demande l'armistice. Le général de Gaulle quitte la France pour l'Angleterre et lance le 18 juin de Londres sur les antennes de la BBC son appel à la résistance. Au fil des mois, bien des défenseurs de l'idée républicaine s'y rallient car le régime pétainiste prend rapidement un virage autoritaire. L'Etat français remplace la République. Les valeurs fondamentales de liberté, d'égalité et de fraternité, nées à l'époque de la Révolution française, sont gommées de la vie publique. Désormais, le nouvel homme fort du pays célèbre dans le cadre de la Révolution nationale le travail, la famille et la patrie.

 

 

Document 1 : Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424

Les portraits du général de Gaulle vont être durant toute la guerre largement diffusés dans la France occupée et permettre de mettre un visage sur le nom d'un général qui restait pour beaucoup inconnu. La préfecture de l'Hérault rend compte de cela pour la ville de Lunel en décembre 1942.

Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424      Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424

 

 

Document 2 : Le général de Gaulle dans combat (janvier 1943) - ADH 1000 W 424

 

 

Jusqu'au début de 1942, le général de Gaulle rencontre un double problème de reconnaissance et de légitimité : il n'est reconnu ni par les Français, qui ne peuvent être consultés, ni par les Anglais et les Américains qui demeurent très méfiants. Entre 1942 et 1943, de Gaulle va fédérer sous son autorité la Résistance clandestine qui combat l'ennemi en France. En 1943, c'est chose faite comme en témoigne le journal Combat, organe des MUR (Mouvements Unis de la Résistance), formés par les mouvements de la zone sud : Combat, Libération et Franc-Tireur qui présentent de Gaulle comme le chef. En mai 1943, c'est le Conseil national de la Résistance constitué par Jean Moulin qui reconnaîtra de Gaulle comme chef de la Résistance.

Le général de Gaulle dans Combat (janvier 1943) - ADH 1000 W 424

 

 

Document 3 : Le journal Combat (1942) soutient de Gaulle - ADH 1000 W 424

Pendant toute la durée de la guerre, le général de Gaulle n'a cessé de montrer qu'à travers lui et les hommes qui l'avaient rejoint c'était la France elle-même qui continuait à combattre. C'est à partir des terres de souveraineté française de l'Afrique équatoriale qu'il crée des organes représentatifs de la France. Le discours de Brazzaville du 27 octobre 1940 met en place un Conseil de défense de l'Empire. Dans sa déclaration du 16 novembre 1940, il énonce les fondements juridiques de l'action des gaullistes, conteste la légalité et la légitimité du gouvernement de Vichy. C'est un combat politique auquel s'associe très vite la Résistance intérieure. Le 13 juillet 1942, la France libre devient la France combattante. Le journal Combat relate le débarquement allié en Afrique du nord du 8 novembre 1942 et le ralliement du général Giraud. De Gaulle est présenté comme le seul chef possible.

Le journal  Combat  (1942) soutient de Gaulle - ADH 1000 W 424

 

 

 

Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424
Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424 Portrait du général de Gaulle placardé sur les murs de Lunel en 1942 - ADH 1000 W 424 -