Vous êtes ici

8 mai 1945, la Paix retrouvée - Zoom sur...

Célébration de la Victoire
Célébration de la Victoire Inspirée de la Une du Midi libre du 9 mai 1945 - P. Grossetti

Il y a 70 ans, le 8 mai 1945, l’Hérault  fêtait la victoire sur l’Allemagne nazie et la fin des combats

Dès la fin aout 1944, le département de l’Hérault est libéré, les troupes allemandes évacuent  le territoire dans la précipitation, devant l’arrivée imminente des troupes du général de Lattre de Tassigny, débarquées en Provence. Après la période de flottement qui suit l’immédiate libération du territoire, la reconstruction s’est enclenchée, entraînant avec elle la relance  de l’économie et les institutions de la République se sont consolidées. Dans ce contexte encore  difficile, où la population se préoccupe surtout de son approvisionnement, arrive enfin  l’annonce de la capitulation de l’Allemagne nazie. Ce jour du 8 mai 1945 marque la fin des combats et le terme d’un conflit dont le bilan humain et matériel est désastreux.

Des villes et des villages en liesse

La population héraultaise se prépare avec impatience aux festivités de la victoire. Dans les communes, l’enthousiasme est à son comble, la joie déborde. Les villes sont pavoisées de drapeaux, de banderoles et d’étendards. A 15 h précises la foule se réunit autour des postes radios ou des haut-parleurs car il est annoncé que le général De Gaulle va parler. A la fin de son allocution, les cloches et sirènes retentissent, les pétards explosent. Puis des cortèges se forment, où l’on retrouve mêlées toutes les tendances : mouvements de Résistance, délégations représentant la jeunesse, corps de métiers, syndicats, communauté espagnole, anciens prisonniers et déportés. Tout au long de la journée, chants et musique patriotiques accompagnent les célébrations et les cérémonies d’hommages rendus aux combattants et aux victimes. La journée du 8 mai s’achève sur des retraites aux flambeaux et des bals qui se termineront tard dans la soirée. Le 9 mai est également déclaré jour férié. La fête continue et même débordera parfois sur le 10 mai.


Extrait du compte rendu des célébrations de la victoire lors des 8 et 9 mai 1945 du commissaire de police d’Agde, 11 mai 1945


Le 15 mai, le Commissaire de la République, Jacques Bounin, convie tous les fonctionnaires à un grand bal donné au théâtre municipal de Montpellier.

Organisation d’un grand bal réservé aux fonctionnaires au théâtre  de Montpellier le 15 mai par le Commissaire de la République : invitations adressées aux chefs de services et au colonel Leroy, 11 mai 1945

Mais derrière la joie de tous, la souffrance et la peine

« Nous l’avons la victoire !... Et nous avons la paix !!! […]. Mais, pouvons-nous nous réjouir totalement, sans arrière pensée ? Non !!! Il y a des millions de morts, des millions de malheureux. Il y a des familles françaises qui n’ont pas de nouvelles des leurs, des milliers de mères et de femmes en deuil… »

Extrait d’un courrier intercepté par les services des Contrôles techniques, fonds du Commissariat de la République, cote ADH : 999 W 222).

Après l’élan de joie qui marque l’annonce de la victoire, les Héraultais vont cependant découvrir peu à peu une bien triste réalité : les camps de concentration et d’extermination, au fil des libérations ; et avec eux, les actes abominables commis par la barbarie nazie, prouvées par les photographies prises par les services des armées ; les souffrances endurées par les déportés, qui reviennent en masse et dont les témoignages sont relayés par la presse, dans des conférences, des expositions.



Circulaires relatives à l’organisation de la campagne nationale du retour, 10 mai 1945
 

Photographie d’un groupe d’hommes et de jeunes filles avec un pancarte indiquant « le Bâtiment souhaite la bienvenue aux Prisonniers et Déportés », sd

 

Le concours national de la Résistance et de la Déportation a choisi pour thème de cette année 2014-2015 « la libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire » pour rappeler la mémoire de ces faits aux jeunes générations.

Durant ces 70 années, ce jour de commémoration a connu un destin aléatoire, de jour férié en journée de commémoration, supprimé en 1975 puis rétabli en tant que jour férié de commémoration en 1981.
 

Adresse :
907 avenue du Professeur Blayac 34000 Montpellier - pierresvives