Vous êtes ici

Après la Retirada : destins de réfugiés - Publication

Parcours de deux réfugiés espagnols dans l'Hérault. En vignette, photographies d'identité de Proceso Fabregat et Salvador Fornells, ADH, 84 W 309 et 84 W 268.

Deux réfugiés espagnols dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

Certains réfugiés émigrent en Amérique latine, d’autres sont renvoyés en Espagne mais beaucoup sont enrôlés dans des groupements de travailleurs étrangers. De nombreux Espagnols déjà installés dans l’Hérault parviennent aussi à recueillir des réfugiés. Certains enfin sont déportés pour des raisons essentiellement politiques dans les camps de concentration ou d’extermination nazis, le gouvernement de Vichy s’étant refusé à leur accorder le statut de réfugiés politiques.

Suivons les parcours de deux réfugiés héraultais, deux histoires individuelles qui illustrent les cheminements de ceux qui, ayant fui leur pays dans des circonstances dramatiques, sont arrivés précipitamment, avec des conditions d'accueil difficiles et insuffisantes. Pendant 5 ans, ces réfugiés espagnols ont été contrôlés, surveillés et mis au travail. Certains ont choisi de continuer le combat en rejoignant la Résistance intérieure. Ils sont parvenus à se faire une place, à trouver un emploi, à fonder un foyer, et pour finir, à devenir Français.
 

Proceso Fabregat

Proceso Fabregat, né en 1916 à Conesa, entre en France en février 1939. D'abord interné au camp d'Agde, il parvient à en sortir dès mars 1939 grâce à l'intervention d'un membre de sa famille.

Il séjourne à Lodève entre 1939 et 1944. Au moment de son arrivée en tant que réfugié, il déclare exercer la profession de verrier. À Lodève, il est embauché par un exploitant forestier.

En novembre 1943, il gagne le maquis Koufra de Lodève, et participe à la libération de l'Hérault. Son engagement au sein de la Résistance, où le grade de capitaine lui est reconnu, est attesté jusqu' au 30 novembre 1944.

Il se marie à Lodève le 14 mars 1946. Après la libération, il entame une carrière de footballeur professionnel d'abord au Stade olympique montpelliérain puis à l'Association sportive biterroise à partir d'août 1945.

En 1948, il obtient la nationalité française.

Salvador Fornells

Salvador Fornells, né en 1918 à Liñas del Valles, arrive en France le 11 février 1939 par Bourg-Madame.

Il  séjourne à Perpignan puis à Toulouse où il travaille dans les usines Bréguet.
En 1941, il est interné pendant 5 mois au camp d'Argelès puis il est incorporé dans un groupe de travailleurs étrangers dans l'Hérault (groupe 8) où il est employé par un propriétaire forestier à Vieussan en qualité de bûcheron. Il est libéré des groupes de travailleurs étrangers en décembre 1944.

Il épouse une Héraultaise le 26 septembre 1945 et reste dans la région de Vieussan. A partir de 1947, il est embauché comme mécanicien à Mons-la-Trivalle.

En 1948, il obtient également la nationalité française.


Pour retracer ces parcours, les Archives départementales de l'Hérault disposent de nombreuses sources, notamment :
- fonds de la préfecture régionale (18 W)
- fonds modernes et contemporains de la préfecture de l'Hérault (sous série 4 M et série W) concernant la surveillance et le contrôle des étrangers, les naturalisations
- fonds modernes et contemporains de la sous-préfecture de Béziers (sous-série 1 Z et série W)
- fonds des services régionaux du Secrétariat d'Etat au travail (15 W)
- fonds du STO (17 W).
Pour toute recherche concernant un réfugié de la guerre civile espagnole, il est recommandé de se référer au guide des sources disponible en ligne.
 

Auteur : 
EP
Adresse :
907 avenue du Professeur Blayac 34000 Montpellier