Vous êtes ici

Aux urnes citoyennes ! - Zoom sur...

Ordonnance du 21 avril 1944
Ordonnance du 21 avril 1944 Journal officiel 1944 -

Du droit de vote à la parité, le long chemin des femmes vers la citoyenneté…

L’ordonnance du 21 avril 1944, publiée dans le journal officiel du gouvernement provisoire de la République française siégeant à Alger, donne enfin le droit de vote et d’éligibilité aux femmes françaises.

1945, les premières élections au féminin

Les élections sont rétablies et pour la première fois, les femmes sont invitées à y participer, le 29 avril 1945, à l’occasion du scrutin municipal. Mais si leur présence en tant qu’électrices est remarquée lors du scrutin, elles resteront faiblement représentées parmi les élus…
Aucune femme n’a été élue maire d’une commune de l’Hérault en 1945. En revanche, elles occupent les places de conseillères municipales, voire d’adjointes.

Procès-verbal de l’installation du conseil municipal et de l’élection d’un maire et de quatre adjoints pour la commune de Lodève, 19 mai 1945, le 3ème adjoint est une femme : Madeleine Dejean.

 

Aux élections cantonales des 23 et 30 septembre 1945, une seule femme est élue, Marcelle Huc, conseillère générale du canton de Capestang.

Procès-verbal du recensement général des votes pour le canton de Capestang, 30 septembre 1945

Quelques mois après, elles se présenteront au scrutin national du 21 octobre 1945
Des femmes apparaissent parmi les candidates. Il s’agit notamment de femmes qui se sont illustrées dans la Résistance. Mais elles ne sont jamais en tête de liste.

Madeleine Laissac, première députée de l'Hérault

Midi libre du 18 juin 1951, résultats des élections législatives, Madeleine Laissac est élue députée.

Auparavant, lors des élections municipales de 1947, Madeleine Laissac, institutrice et Résistante de la première heure, succèdera à son mari Paul Laissac. Elle est élue maire de la commune de Saint-Nazaire-de-Ladarez. Elle est la première et seule femme élue maire cette année-là.

Elections municipales de 1947, Bulletin de vote pour la liste socialiste et de défense des intérêts locaux

En 1951, elle est présente sur la liste dirigée par Jules Moch pour les élections législatives et se retrouve élue députée, devenant ainsi la première femme héraultaise à l’Assemblée nationale.

Elections législatives du 17 juin 1951 : affiche électorale de la liste socialiste SFIO

Madeleine Laissac figure sur la liste en deuxième position derrière Jules Moch, député sortant, ministre de la Défense nationale.

Les femmes mettront longtemps à se faire une place en politique, domaine encore « réservé » aux hommes. Pourtant, dans le  préambule de la constitution du 27 octobre 1946 l’article 3, inscrit que :  

 La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme .

En 1999, après la révision des articles 3 et 4 de la Constitution, le Parlement vote le 6 juin 2000 la loi relative à l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives. Au XXIe siècle, le défi de l’évolution des mentalités devient la parité.
En 2015, 70 ans après ce premier vote, lors des élections départementales, pour la première fois, les électeurs auront à élire un « binôme homme-femme » dans chaque canton. Gageons que cette représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les assemblées politiques engendrera :

des idées, des valeurs et des comportements différents, allant dans le sens d’un monde plus juste et plus équilibré, tant pour les femmes que pour les hommes.

 

Adresse :
907 avenue du Professeur Blayac 34000 Montpellier