Vous êtes ici

Le Combattant Languedocien de la Première Guerre mondiale

Publié
20/05/2015
-
ADH
-
-
Intervention de Jules Maurin - Arch.dept.Hérault

Vidéo de la conférence donnée à pierresvives le 28 avril 2015 par Jules Maurin, professeur émérite d’histoire contemporaine, ancien président de l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

 

Dans le cadre régional, la thèse d’Etat de Jules Maurin (Armée-guerre-société. Soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, 750 pages) demeure une œuvre pionnière. Elle a été récemment rééditée. Basée sur une analyse quantitative des conscrits de la Lozère et de l’Hérault occidental, l’étude est la seule qui dévoile les ressorts sociaux de l’armée française durant le conflit. Elle repose sur un travail archivistique minutieux à partir des registres matricules du recrutement militaire. Près de 10 000 fiches matricules ont été utilisées. Dans le cadre de ce travail quantitatif, l’historien prône l’analyse comparée pour saisir les singularités et les régularités, tout en s’inscrivant dans une perspective définie par les tenants de la Nouvelle Histoire qui défendent un détour anthropologique. C’est ainsi que Jules Maurin donne la parole aux « rescapés » de la « boucherie de 14-18 ». Il construit sa recherche sur un vaste corpus de témoignages oraux (environ 150), sans négliger l’histoire économique et sociale. Dès 1982, Jules Maurin nous invite à porter une attention spécifique sur ceux qui laissent si peu de traces. Il ouvre une voie alors peu arpentée par les observateurs de la Grande Guerre.

 

Dans le cadre de
HÉRAULT DE GUERRE