Vous êtes ici

Louis Barthas, un poilu Languedocien

Publié
23/06/2015
-
ADH
-
-
Intervention de Rémy Cazals - Arch.dept.Hérault

Vidéo de la conférence donnée à pierresvives le 2 juin 2015 par Rémy Cazals, Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'Université de Toulouse.

 

Rémy Cazals a préfacé en 1978 Les carnets de guerre de Louis Barthas. Tonnelier dans son village de l’Aude, Peyriac-Minervois, il est mobilisé au 280ème régiment d’infanterie. Il fera toute la guerre comme caporal (et même, un temps, simple soldat après avoir été injustement cassé de son grade). Il connaîtra le secteur sinistre de Lorette, Verdun, la Somme, l’offensive du Chemin des Dames ; la boue, les rats et les poux ; les attaques au-devant des mitrailleuses et les bombardements écrasants ; les absurdités du commandement, les mutineries de 1917, les tentatives de fraternisation. Au front, Barthas note tout ce qu’il voit, tout ce qu’il ressent.

De retour chez lui, survivant, il va rédiger au propre son journal de guerre, à l’encre violette, sur dix-neuf cahiers d’écolier. Sens de l’observation précise, lucidité, émotion et humour mêlés, révèlent chez le caporal tonnelier un talent d’écrivain qui n’est gâté par aucune recherche d’effets littéraires. Le livre est devenu un classique. Il a été vendu à plus de 75 000 exemplaires en France. C’est un témoignage exceptionnel écrit par un « poilu ordinaire » sur la vie dans l’enfer des tranchées.

 


Dans le cadre de
HÉRAULT DE GUERRE