Information

Suite aux intempéries de la mi-septembre, la communication des archives conservées au sous-sol de Pierresvives (archives de 1789 à 1940, hors notaires) va rester perturbée pendant plusieurs semaines. Les archives conservées au sous-sol sont à nouveau communicables à compter du 8 novembre, mais le nombre des documents communiqués restera encore limité. Nous vous invitons à consulter le site internet pour le détail des séries concernées et vous prions de nous excuser pour les désagréments inhérents à cette situation. Sachez que l’ensemble des services du Département se mobilise pour apporter une solution la plus rapide possible.

Votre version de navigateur Internet n’est pas compatible.

Le navigateur en cours d’utilisation ne permet pas d’accéder à toutes les fonctionnalités du site.
Pour une meilleure expérience, utilisez la dernière version du navigateur de votre choix

Site du Domaine départemental de Pierrevives

Présentation

 

Exposition accueillie du 4 mars au 18 juin 2022.

Pour célébrer le quatrième centenaire de la naissance de Molière, dramaturge  français  le  plus  représenté,  lu  et  traduit dans le monde entier, le Conseil départemental de l’Hérault, sous le commissariat de l’association Line Up, invite 13 artistes contemporains à revisiter les plus grandes pièces théâtrales de l’artiste.

Les comédies de Molière sont toujours une véritable source d’inspiration pour les metteurs en scène, scénographes, plasticiens, écrivains, illustrateurs. Ils sont nombreux ceux qui par le crayon, la plume ou le burin ont illustré ce grand auteur. Parmi les tout premiers, on peut citer Pierre Brissart (1645-1682) ou Horace Vernet (1789-1863) ; plus proche de nous, Albert Dubout (1905-1976), dessinateur humoristique, a croqué de son trait si caustique les personnages grotesques de Molière ou encore le pochoiriste C215 a apposé à plusieurs reprises le portrait de Molière dans le quartier du Marais* à Paris, théâtre d’une vive émulation intellectuelle et artistique au XVIIème siècle.

La puissance comique de Molière semble plus que jamais utile face aux radicalités de notre époque. Ses convictions ont toujours été de réconcilier la société en moquant ses outrances, en la poussant à se remettre perpétuellement en question pour atteindre le mieux qu’elle puisse, une certaine harmonie sociale. C’est peut-être la raison pour laquelle son œuvre résonne encore en nous quatre siècles plus tard.

* En 1644, la troupe de Molière emménage au 32 Quai des Célestins.  

Artistes

ADOR

Artiste nantais, Ador explore la satire et la caricature à travers la mise en scène de personnages dans toutes sortes de rôles. Proposant plusieurs niveaux de lecture, ses oeuvres racontent des histoires drôles appréciées de tous. Il met en scène Tartuffe dans une oeuvre en volume où le personnage principal, décollé de son support, semble isolé du public. Ador pointe du doigt l’exercice du discours, à la fois puissant et dépassé.

 

AHENEAH

Alliant design contemporain et techniques traditionnelles héritées de sa grand-mère, Aheneah travaille le point de croix sur des supports très variés. Pour illustrer l’époque de Molière, elle prend le parti de l’abstrait qui représente son ressenti face à la richesse d’une période marquante de l’Histoire. Vibrations et contrastes lui permettent de retranscrire l’ambiance en trois panneaux, comme les trois actes d’une pièce.

 

ARKANE

Dans son univers délicat inspiré de la photographie et du cinéma, Arkane attribue une place de choix aux femmes que l’on retrouve dans ses portraits. L’artiste a choisi de représenter Les femmes savantes sous forme d’allégorie : illustrer les divergences d’opinion et des rapports conflictuels entre les personnages de la pièce. D’apparence, tout rassemble ces deux personnages et pourtant, tout les oppose.

 

DIFUZ

Issu du milieu du graffiti marseillais qui l’a vu faire ses armes depuis son adolescence, Difuz imagine la société à la manière d’une poésie urbaine où il fait cohabiter des tas de personnages différents sur une seule et même toile. Le thème de la troupe de Molière semblait tout désigné pour l’artiste qui s’est employé à représenter une version actuelle de la bande de comédiens, tout en conservant les codes esthétiques de l’époque.

 

GAETAN VAGUELSY

Véritable témoin de sa génération, Gaétan Vaguelsy met en peinture les rapports humains et l’audace de la jeunesse qui l’entoure. Comparant un monarque à cheval à un jeune sur une moto, il livre une vision personnelle du Bourgeois Gentilhomme qu’il revisite façon 21e siècle. Une mise en parallèle des codes sociaux et picturaux inchangés malgré un écart de plusieurs centaines d’années.

 

JACE

Connu grâce à son personnage du gouzou qu’il fait évoluer depuis une trentaine d’années, Jace parcourt le monde pour mettre en scène son petit bonhomme ocre sans visage.                                                                                                                       Avec l’humour qui le caractérise, Jace a choisi de donner le rôle de L’Avare à son gouzou. À travers ce diptyque, l’artiste s’amuse d’un thème toujours très actuel malgré tout.

 

LEVALET

Ancré dans le milieu de l’art urbain, Levalet développe un certain goût pour le style figuratif : ses personnages dessinés à l’encre de chine évoluent dans le milieu urbain et entrent en dialogue avec l’architecture environnante. Le choix de Levalet s’est porté sur le Misanthrope avec qui il partage ce besoin de s’extirper de l’effervescence humaine en s’isolant de cette foule un peu floue.

 

LORAINE MOTTI

Inspirée par les représentations artistiques et historiques de différentes civilisations, Loraine Motti travaille son identité graphique surréaliste grâce à une composition minutieuse et détaillée de ses oeuvres. Son découpage des Précieuses Ridicules amène l’artiste à en extraire les moments-clé et à les interpréter sur plusieurs pièces de bois qui, ensemble, forment son oeuvre.

 

MADAME

Issue d’une famille d’artistes, Madame explore le théâtre pendant de nombreuses années avant de se tourner vers les arts plastiques. Le travail des matières lui permet de créer des œuvres où passé et présent se côtoient.
Les fourberies de Scapin se dévoilent dans une phrase énigmatique qui obstrue l'arrière-plan que l’on peut apercevoir par endroits : ce qui est masqué finit toujours par être dévoilé.

 

MARA

Artiste collagiste montpelliérain, Mara crée le personnage au visage en croix qu’il cache dans les rues de la ville. Évoluant dans toutes sortes de scénarios humoristiques, son personnage convoque l’imaginaire des passants qui croisent sa route. Pour investir l’espace il choisit le Malade Imaginaire et en fait une sculpture monumentale d’un faux patient traversé par une lumière guérisseuse.

 

OLIVIER BONHOMME

Illustrateur de métier, Olivier Bonhomme concentre sa pratique artistique sur la représentation d’imaginaires pop dans un univers surréaliste où la symbolique et l’iconographie ont une place prépondérante. Olivier Bonhomme interprète Dom Juan façon 21e siècle en détournant les codes baroques : il est représenté comme l’archétype de l’homme moderne ancré dans son époque.

 

SOWAT

Artiste franco-américain, Sowat met l’écriture et la calligraphie au coeur de son travail. Grâce à ses inspirations puisées au fil de ses voyages et à sa technique originale, l’artiste délivre une version très personnelle de ce qu’on appelle le « calligraffiti ». Attiré par l’écriture manuscrite de Molière, Sowat combine des réactions chimiques dont il a le secret pour reproduire une tirade de L’école des femmes.

 

ZEKLO

Enfant du graffiti et passionné de dessin, Zeklo conserve quelques codes de ce milieu qu’il mêle à des techniques plus classiques lorsqu’il réalise ses portraits sur toile. Il compose le portrait de Molière grâce à l’esthétique et au graphisme qui font sa patte. Ses couleurs et son traité si particulier en font l’oeuvre imposante que l’on retrouve aujourd’hui à l’entrée de l’exposition.

Conférence art classique et arts urbains

Le 11 juin 2022, Cyrille Gouyette (historien de l'Art) a réuni, dans l'amphithéâtre de Pierresvives, les artistes Arkane, Quentin DMR et Gaëtan Vaguelsy pour débattre de l'impact de l'art classique dans l'art urbain. 

Programme

Haut de page