perturbation le 31 janvier aux Archives

En raison d'un mouvement de grève le 31 janvier, la communication des documents en salle de lecture risque d'être perturbée. Le nombre de levées et la quantité de documents par levée pourraient être impactés. Nous vous remercions de votre compréhension.

Votre version de navigateur Internet n’est pas compatible.

Le navigateur en cours d’utilisation ne permet pas d’accéder à toutes les fonctionnalités du site.
Pour une meilleure expérience, utilisez la dernière version du navigateur de votre choix

Site du Domaine départemental de Pierresvives

AVRIL|JUILLET 2015

JEAN HUGO UN PEINTRE DANS LA GUERRE

  • De très nombreux dessins et carnets de croquis réalisés sur le front au cours de la période 1915-1918 : l’œuvre de Jean Hugo, arrière-petit-fils de Victor Hugo, est remarquable par sa justesse, son dépouillement, et sa valeur documentaire sur la vie des hommes et les paysages traversés pendant la Grande Guerre.
  • Jean Hugo nous apparaît comme un témoin privilégié : mobilisé dès le 4 septembre 1914, blessé en 1915, il réintègre les zones de combat jusqu’en 1917 puis est envoyé en Lorraine, auprès de l’armée américaine ; l’itinéraire qu’il est contraint de suivre lui donne un aperçu complet du théâtre des opérations en Artois, à Verdun, en Picardie…Il contera lui-même ces épisodes dans un livre de souvenirs, « Le Regard de la mémoire ».

Le choix des sujets traités - ruines, paysages, soldats, scènes de la vie au front ou à l’arrière - et la délicatesse du style pictural fondent l’originalité d’une œuvre à la fois intime et réservée.
A la maturité, Hugo côtoie le milieu sophistiqué des peintres, des écrivains et des compositeurs de l’immédiat après-guerre dont ses amis, Cocteau, Picasso, Morand, Satie avec certains desquels il travaillera.
A partir de 1931, il se retirera au mas de Fourques à Lunel, jusqu’à sa mort le 22 juin 1984.

INSTANTANES HERAULTAIS

  • Tous les départements de l’arrière, même très éloignés du théâtre des opérations militaires comme l’Hérault, ont été exposés au fracas de la Première Guerre mondiale : par la mobilisation des hommes, par l’arrivée massive de réfugiés, prisonniers et troupes en transit, mais aussi par l’implication des populations civiles contraintes à participer économiquement à l’effort de guerre et subissant contrôle et rationnement.

Notre département en garde les traces : visibles, tels les monuments commémoratifs, ou moins visibles comme toutes ces mémoires relatives à la vie quotidienne, à découvrir au travers des archives administratives ou privées. Outre la vie au front, plus ou moins édulcorée, car le soldat pratique la « censure affective » pour ne pas inquiéter les siens, c’est une relation intime avec la famille, et la vie locale que nous parcourons dans l’exposition. Au-delà de cet environnement sensible, le public pourra découvrir, au gré des sources d’archives publiques, les enjeux politiques, économiques du département durant cette période tragique.

DESIRE SIC PHOTOGRAPHE (1915-1917)

Le travail documentaire et artistique de Désiré Sic présente un autre regard, photographique celui-là, sur la guerre et le front. Originaire des Basses-Alpes, Désiré Sic est un officier du génie, photographe amateur et averti. Autorisé à photographier, Désiré Sic prend entre juillet 1915 et mai 1917 près de 1500 clichés, montrant la dureté des conditions de vie des soldats mais aussi des scènes de leur quotidien : tranchées, paysages dévastés, casemates. Le photographe amateur possède réellement un « œil » qui lui permet de réaliser, dans des conditions précaires, des photographies d’une grande qualité esthétique et technique, composées, montrant tout à la fois, l’horreur, la technologie et l’Homme dans ce conflit.
(Sélection à partir de l’exposition des Archives départementales du Tarn en 2014)

Cahier d'exploration

à partir du niveau 6ème.

Haut de page